L’irrigation des patates du Québec

Dans son dernier programme Prime-Vert le MAPAQ a inclus une mesure pour soutenir les producteurs dans leur gestion de l’eau d’irrigation. Il y aurait près de 6 000 exploitations au Québec qui produisent des cultures qui auraient avantage à être irriguées. Toutefois, peu d’entre eux font une gestion optimale de leur eau d’irrigation. Ce programme a donc été mis en place pour aider les exploitations agricoles à optimiser l’usage de l’eau d’irrigation par l’acquisition d’équipements spécialisés et le conseil technique.

Je me suis interrogé à savoir à quoi ressemble les besoins en irrigation dans les différentes régions du Québec. La principale culture irriguée au Québec est la pomme de terre. Donc, en considérant la moyenne des besoins des cultivars hâtifs et tardifs des pommes de terres et l’historique des 5 dernières années de Agrométéo pour les précipitations et l’évapotranspiration de 7 stations météo, je suis arrivée a déterminer les besoins moyen en eau par région.

test irrigation final

Les conditions météorologiques des 5 dernières années, nous indique que, en moyenne, à St-Bernard et à St-Léonard-de-Portneuf les précipitations sont suffisantes pour combler les besoins de la culture. Toutefois, pour la station de St-Bernard, les valeurs varient d’un besoin en eau de 64 mm en 2018 à un surplus en eau de 48 mm en 2016.  En Montérégie, en Estrie et dans le centre du Québec, il y a un déficit d’environ 60 mm à chaque année pour combler les besoins en eau de la culture. Dans le Bas St-Laurent, ce déficit atteint 110 mm.

En conclusion, la décision d’irriguer les cultures doit tenir compte d’une multitude de facteurs et l’historique des besoins en eau en fait certainement partie. Pour plus de détails sur le programme de subvention, consulter le site du MAPAQ ou votre agronome.

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.