Courbe de croissance des porcs québeçois

Le Centre d’études sur les coûts de production en agriculture (CECPA) à publié récemment son étude de coût de production Porcelets et Porcs 2017. Plusieurs éléments intéressant y sont présentés, mais ce sont les valeurs de poids d’entrée et de sortie qui ont particulièrement attirées mon attention.

Voici donc la courbe de croissance des porcs québeçois basée sur les résultats de cette étude:

 

 

Combien vaut votre lisier de porc?

Toutes les entreprises porcines ont des volumes plus ou moins important de lisier à gérer. Porc Québec, a publié en décembre 2017 un article très intéressant qui estime la valeur du lisier de porc à partir du prix des engrais minéraux de 2017.

Tous les types d’engrais apporte 3 éléments nutritifs essentiels aux plantes soit l’azote, le phosphore et le potassium. Les valeurs fertilisantes apportées par le lisier de porc varient en fonction du type d’épandage, du moment d’application sur la culture et de la rapidité d’enfouissement après l’épandage.

Pour résumé le tout j’ai pris les valeurs économiques brutes du lisier d’engraissement appliqué sur des cultures annuelles, par aspersion basse et incoproré en moins de 24 heures. En faisait la moyenne entre les applications du printemps et de l’automne le lisier de porc d’engraissement aurait une valeur économique de 7,49$/T. En considérant la proportion des éléments fertilisants apportés par les lisiers de maternité et de pouponnière vallent respectivement 4.87$/T et 4,64$/T.

 

Évolution des performances de la production porcine québeçoise

La production porcine a beaucoup évoluée au cours des dernières années au Québec. Les porcelets entrent en engraissement en moyenne à 30 kg au lieu de 24 kg dans les années 2000. Suite à la période d’engraissement, les porcs sortent maintenant 23 kg plus lourd que dans les années 2000. Pour arriver à de telles performances, la conversion alimentaire ajustée (25-107 kg) a dû passer de 2.70 à 2.44.

Avec de telles améliorations des performances des engraissements, on pourrait croire que ces types d’élevages rejettent moins de phosphore dans l’environnement. Or, pour la même durée d’engraissement, les porcs mangent maintenant 270 kg de moulée pour finir à 130 kg de poids vif au lieu du 235 kg de moulée nécessaire pour finir un porc à 107 kg dans les années 2000. Alors, même si la conversion alimentaire c’est améliorée au cours des années, est-ce que les porcs rejettent plus ou moins de phosphore dans l’environnement?

Saviez-vous qu’il est 96X plus efficace de cultiver des légumineuses que de faire l’élevage du boeuf?

Protéine produite par ha

C’est ce que j’ai appris pour ma première participation au MakeoverMonday cette semaine. Une étude de Clark & Tiltman (2017) a démontré que la culture d’un hectare de terre en légumineuse permet de produire 962 kg de protéine comparativement à seulement 10 kg pour l’élevage de boeuf. C’est une différence énorme! En général par contre, il y a peu de surprise: les produits végétaux génèrent plus de protéines que les produits d’origine animale par superficie cultivée.

Avant de vous creuser la tête pour vous trouver des recettes avec des légumineuses pour 5 jours semaine (question de sauver l’environnement!), je vous invite a aller écouter l’entrevue de Lionel Levac. Il soulève des points intéressants notamment l’impact de manger local dans le calcul des émissions des gaz à effet de serre et le fait que la production bovine au Québec se fait sur des terres souvent impropre à d’autre type de cultures.