Une question de perception

Choisir le bon type de graphique pour présenter des données ce n’est pas seulement bien connaitre ses données pour représenter adéquatement la relation qu’on veut mettre en évidence. C’est aussi bien connaitre son audience. Choisir un type de graphique adapté à celui à qui il s’adresse est une autre façon de s’assurer que le message sera transmis efficacement.

Par exemple, si je peux présenter les rendements issus d’un essai d’inoculant sur le soya, je peux présenter le tout avec un histogramme conventionnel:

Comme les mots identifiants, les traitements sont assez longs, j’ai choisi de présenter l’histogramme à l’horizontale. C’est une stratégie couramment utilisée pour éviter d’inscrire des étiquettes de l’axe des x à la diagonale.

Je peux aussi choisir de présenter ces mêmes résultats avec un dumbell, un choix que j’aime tout particulièrement.

Par contre, comme on compare les résultats de l’étude au contrôle, il y a moyen de choisir un type de graphique qui met encore plus l’accent sur les différences entre les traitements:

Le choix de mettre des ombres pour représenter des aires sous la courbe fonctionne dans la plupart des cas, mais ici je pense que leur utilisation peut venir confondre le lecteur. Certaines personnes, lorsqu’elles voient des aires sous la courbe ont tendance à comparer les aires. Dans la présente situation, je pense que c’est un élément de distraction plus qu’autre chose…

Je peux utiliser exactement le même type de graphique sans les aires sous la courbe:

Quelle version te parle le plus?



Alors, tu veux en savoir plus sur ma démarche? Abonne-toi à mon infolettre pour savoir quand est-ce que le prochain épisode de podcast sera disponible. J’y expliquerai toute la réflexion et les concepts de data visualisation qui ont menés à la création de cette viz.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.